home       

 

 

 

 

 

Téléchargez le dossier de presse au format pdf

Depuis dix ans, Oxygen défend avec sincérité une esthétique pop où l’énergie rock propulse des textes à fleur de peau en français et en anglais. Une démarche singulière, passionnée et résolument universelle.

 

Au départ, c’est seul que Maxime élabore des chansons au caractère affirmé, avec un sens unique de l’écriture, émotive et universelle. Véritable homme-orchestre, il chante, joue de tous les instruments – guitare, basse, claviers - et s’aide de batteries programmées sur ordinateur.

En pleine éclosion de l’Internet, ses premières compositions, lâchées aux oreilles du monde, provoquent des réactions positives et motivantes. « Mais j’ai toujours voulu qu’Oxygen soit un vrai groupe », se souvient le jeune homme. « Le partage est un moteur de ma musique. Les émotions doivent évidemment se donner entre musiciens, avant de se partager avec le public. » Plusieurs musiciens viennent alors se greffer à Oxygen. Comme les différents étages d’une fusée prête à décoller.

La rencontre avec Anne est déterminante à l’énergie du groupe. Elle illumine sa musique avec la richesse de ses guitares, explosives ou aériennes, rageuses ou hypnotiques. Elle apporte aussi une touche de féminité et une sensibilité supplémentaire aux compositions. « Nous sommes unis par le même ressenti émotionnel, confie Maxime. Nous nous rejoignons sur la vision du groupe, sur l’esthétisme des chansons. » Les arrivées de Stéphane (basse) et de Matthieu (batterie) vont ajouter une assise rythmique au groupe. A la fois puissante et souple, cette rythmique signe le côté “power” de cette pop bien dans son époque.

 

Toucher au cœur

 

Durant son parcours, forgé en toute indépendance, en contact direct avec son public, Oxygen signe trois albums remarquables : « Poussières d’étoiles » (2004), « Supernova and The Dark Side of the Pop » (2006), « Le Dernier clair de lune » (2008). Ces disques reçoivent un écho important, tout comme les singles « Extase-X » et « 80’s Girl » (clips diffusés sur MTV, M6, NRJ12, W9). Le groupe bénéficie aussi du soutien de Virgin Radio (meilleure découverte française 2009 dans l’émission de Jean-Pierre Sablier) et de Rolling Stone Magazine (classé dans les 10 cartons potentiels de 2010).

Fort de ce succès critique, Oxygen va confronter ses chansons au public. En dix ans, la formation a donné près de 120 concerts en France, en Belgique et en Espagne. Avec des passages remarqués à Paris (La Boule Noire, La Maroquinerie, La Locomotive) ou dans des festivals (Francofolies de Spa).

Oxygen a aussi été invité sur la tournée « Alice & June » d’Indochine (5 dates en France et en Belgique en 2006/2007). « Des premiers concerts, qui nous ont donné une grande confiance, aux premières parties d’Indochine, le public a toujours accroché à l’immédiateté de nos morceaux. » Car la force des compositions du groupe est de toucher directement au cœur. 

 

Des influences multiples

 

« Notre musique est marquée par tout ce qui est mélodique, des Beatles aux tubes pop en passant par la musique classique. Nous sommes également imprégnés par la puissance et l’énergie de Nirvana, l’efficacité mélancolique de la new wave, l’écriture épique de U2 et les ambiances atmosphériques des Pink Floyd. Plus récemment, nous avons beaucoup aimé le côté glacial de White Lies, l’intemporalité d’Aaron ou le côté spatial d’Angels and Airwaves. » La musique d’Oxygen se trouve au carrefour de toutes ces références, avec cette ambition d’allier dans leurs chansons l’émotionnel à l’universel.

Cet univers à la fois onirique, naïf et poétique, épique et cinématographique se nourrit d’influences multiples : la photographie surréaliste de Gregory Crewdson ; la littérature de Chuck Palahniuk (« Fight Club ») ; la poésie et le conte (« Le Petit Prince » de Saint-Exupéry) ; le cinéma de l’illusion et de l’artifice de Darren Aronofsky (« Requiem For A Dream »), d’Andrew Niccol (« Bienvenue à Gattaca ») ou de Christopher Nolan (« Memento »). C’est aussi un univers stellaire, tourné vers l’infiniment grand « pour mieux souligner la fragilité de nos émotions et de nos sensations face à cette infinité».

 

La « Rêvolution » à venir

 

Avec « Rêvolution », son nouvel album qui sort en 2013, Oxygen signe un quatrième opus novateur à la production ultra léchée. Pour cet album, le groupe s’est entouré d’une équipe d’une grande expérience : l’ingénieur du son Christian Désille (Les Enfoirés, Jean-Jacques Goldman) et le producteur anglais Steve Prestage (Peter Gabriel, XTC, Echo and the Bunnymen, Japan, De Palmas, Aqme). Ensemble, ces deux pros ont donné aux chansons de « Rêvolution » la force de conquérir les esprits et les cœurs.

 

Olivier Pernot

Contact Espace Pro Newsletter